Des vikings à Charles XII

Fondateurs de la Normandie

En fait, les Vikings étaient surtout des Danois et des Norvégiens. Mais ils prenaient aussi des Suédois dans leurs périples - surtout vers l'Ouest. Mais la plupart des Vikings suédois sont allés vers l'Est, vers la Russie.

Après de multiples expéditions éprouvantes pour les abbayes et les populations,Charles le Simple a finalement concédé à Rollon, en 911, à Saint Clair-sur-Epte, ce qui devait devenir la Normandie (Nordmän, les hommes du Nord).

Rollon se convertit au christianisme et les Vikings se fondent dans la population. Nos premiers immigrés. Les noms de plusieurs villes et bourgs de Normandie viennent du norrois: Anquetil, Toutain, Bricquebec, Caudebec, Yvetot, etc.

De la fin du XIIIe au milieu du XVe siècles, avant la création de l'Université d'Uppsala, de jeunes Suédois viennent étudier à Paris. Ils ont leur maison rue Serpente. Une plaque (à l'angle de la rue Hautefeuille) le rappelle aujourd'hui. A l'époque, il fallait deux mois pour se rendre de Stockholm à Paris.

Les premiers traités franco-suédois

Il faut attendre 1499 pour voir signé le premier traité de commerce: les Suédois envoyaient cuirs, peaux, fourrures, beurre, huile de poisson, harengs, baleines, goudron, bois de construction pour la marine, fer et cuivre de la célèbre mine de Falun. En échange, les Français envoyaient du sel de Brouage, du blé, du vin, de la toile (de Reims, entre autres), des draps, des soieries, des épices.

Et en 1542, est signé le premier traité politique franco-suédois entre François 1er et Gustave Vasa, à Moutiers-sur-Saulx, près de Bar-le-duc, avec une annexe commerciale.

En 1631, le traité de Bärwalde entre Richelieu et le chancelier Oxenstierna inaugure une pratique qui va perdurer jusqu'à la fin du XVIIIe siècle : on échange des officiers et de vaillants soldats suédois et finlandais pour aider la France à se battre contre les Habsbourg, contre des subsides français d'un montant de 400 000 écus par an, ce qui était une somme importante à l'époque.

A l'automne 1649, la reine Christine, qui recevait à Stockholm la fine fleur des intellectuels européens, fait venir Descartes pour parler mathématiques et philosophie. Appelé au château royal à cinq heures du matin, le pauvre philosophe prend froid et meurt peu après, en février 1650, vraisemblablement victime d'une pneumonie.

Charles XII, le roi-soldat

En 1697, peu après la mort de Charles XI, un incendie ravage le château de Stockholm. L'édifice détruit, le jeune roi Charles XII, âgé de 15 ans à la mort de son père, passa une grande partie de son règne sur les champs de bataille. Célèbre pour avoir battu les Russes à Narva en 1700, il fut sévèrement défait neuf ans plus tard, à Poltava, et se réfugia en Turquie lors d'une chevauchée fantastique, qu'il renouvela en 1715, pour revenir en Suède, puis en Norvège, et mourir en 1718 lors du siège de Fredrikshald, d'une balle dont on n'a jamais su si elle venait des assiégés ou de sa propre armée.

Le destin de ce roi-soldat fantasque fascina Voltaire. Il publia en 1731 une Histoire de Charles XII, qui eut un grand succès. "Il a porté toutes les vertus des héros à un excès où elles deviennent défauts et où elles sont aussi dangereuses que les vices opposés", devait écrire Voltaire.

Après la mort de Charles XII, s'ouvre l'Ere de la liberté, par rapport à l'absolutisme des rois précédents. Les Etats, où les paysans tiennent toute leur place depuis le moyen-âge, ont plus de pouvoir que le roi. La loi sur la liberté de la presse est promulguée en 1751.

Navigation

Top